Aude Inondations : Narbonne menacée par l’industrie nucléaire ?

Aude inondations : Narbonne menacée par l’industrie nucléaire ?

Face aux intempéries que connaît actuellement la région et notamment le Narbonnais, nous demandons que les autorités donnent aux habitants et aux associations des informations précises et des mesures mises à jour concernant les risques liés à l’usine Orano Malvési.

Cette usine, située à l’entrée de Narbonne, abrite des quantités considérables de matières dangereuses chimiques et radioactives.

Elle est classée pour cela : Installation Nucléaire de Base (INB), Zone Nucléaire à Accès Réglementé (ZNAR) et Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE) Sévéso Seuil Haut.

Par le passé de nombreux accidents s’y sont produits notamment le débordement des bassins les plus radioactifs, suite à des pluies torrentielles, avec des conséquences très importantes.

Des travaux ont été faits par l’industriel, cependant le déversoir du trop plein des eaux pluviales de l’usine reste le canal du Tauran qui se jette dans la Robine et traverse la ville de Narbonne pour rejoindre l’étang de Bages et terminer sa course dans la mer Méditerranée à Port-la-Nouvelle.

L’usine a toujours donné des informations tardives, partielles ou encore au compte- gouttes, comme on l’a vu il y a quelques semaines avec le fût d’oxyde d’uranium qui a explosé. Accident pour lequel la procureure du TGI de Narbonne a confié une enquête à la gendarmerie pour blessures involontaires et mise en danger de la vie d’autrui.

Il est temps d’exiger de l’industrie nucléaire la transparence notamment quand la santé des habitants est concernée ! La population de l’Aude ne peut plus vivre sous la menace d’un nouvel accident industriel qui porterait un coup à son environnement et à sa qualité de vie.

À Narbonne le 15 octobre 2018


Contacts presse :

Collectif de vigilance des déchets de Malvési (Covidem)
– Juliette Schweitzer 06 82 02 34 81

Arrêt du nucléaire Hérault (ADN34)
– Didier Latorre 06 38 81 98 06

Transparence des canaux de la narbonnaise (TCNA)
– Fabrice Hurtado 07 67 04 51 02

Sortir du nucléaire Aude (SDN 11)
– Hervé Loquais 06 32 41 26 92


Voir aussi :

Narbonne : Réunion publique au palais du travail le 24 mars

Réunion publique à Narbonne samedi 24 mars 2018 à 15 h au palais du travail. Merci d’être venus nombreux pour discuter du projet Orano TDN-Thor de traitements des effluents nitratés radioactifs de l’usine de Malvési située à 2 km au nord du centre ville.

Voici les fichiers des présentations exposées lors de cette réunion publique :

1 – Historique de l’usine par Hervé Loquais

Discours du Général De Gaulle à Narbonne en 1959

2 – Dispersion des rejets par Albert Cormary

3 – Présentation de l’arrêté préfectoral – Stéphane Payan

4 – Impact sanitaire par Mariette Gerber

5 novembre : manifestation « papillons » à Narbonne

Le dimanche 5 novembre 2017, un nouveau rendez-vous est donné à 11h place de l’hôtel de ville de Narbonne, à l’initiative des « familles papillons » pour dire « non au projet TDN-Thor d’Areva Malvési ».

Le 29 octobre dernier, l’association Transparence des les canaux de la Narbonnaise (TCNA), qui a mené une recherche au sujet du procédé Thor sur deux sites nucléaires américains, publie son dossier spécial USA sur son site internet tcnarbonne.org

Voici les derniers rapports d’experts scientifiques indépendants qui ont examiné les impacts du projet de traitement des nitrates TDN-Thor d’Areva Malvési :

Festival des luttes populaires à Armissan – octobre 2017

Les 6, 7 et 8 octobre à Armissan (Aude), le collectif Mutvitz 11 organisait la première édition du Festival des Luttes Populaires.

Aujourd’hui, comment s’inspirer des luttes d’hier pour mieux construire demain ? L’objectif de ces journées est de comprendre, échanger, inventer, autour des luttes d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs.

Le samedi 7 Octobre, André Bories et Didier Latorre ont donné une conférence sur le sujet brûlant du projet TDN à l’usine AREVA de MALVESI, pour lequel la décision de la sous-préfecture est imminente.

André Bories est un expert conseil en environnement, Docteur en sciences de l’environnement.

Didier Latorre est un militant du collectif « Arrêt du nucléaire 34 » (ADN34), porte-parole du collectif « Stop Uranium ».

15 avril 2017 : Blocage d’un train d’uranium

Le samedi 15 avril 2017, une cinquantaine de militants du collectif « stop uranium » ont bloqué un train sortant de l’usine Areva Malvési.

 

Régulièrement, des trains chargés de tetrafluorure d’uranium (UF4) circulent sur la petite ligne ferroviaire qui relie Bize à Narbonne, ils sont à destination de l’usine Areva de Pierrelatte dans la Drôme.

Le train s’est arrêté après l’explosion de pétards posés sur les rails. Nous sommes alors sortis des buissons sur le bord des voies pour installer un trépied que deux militantes ont escaladé.

Les banderoles « arrêt du nucléaire » ont été déployées.

Des journalistes de médias locaux et nationaux ont couvert l’événement.

La locomotive du train, dans laquelle la conductrice attendait patiemment, a été recouverte d’autocollants.

Le train comportait 13 conteneurs citernes d’une capacité unitaire de 30 tonnes ou 15,8 m3, émettant une radioactivité de 475 gigabecquerels (GBq). Soit un total d’environ 400 tonnes d’uranium émettant près de 6 000 GBq.

A l’aide d’un scintillomètre, les mesures des militants ont atteint plus de 11 000 coups par seconde à proximité des wagons au centre du train, alors que le niveau ambiant normal est d’environ 50 coups par secondes. Avec un dosimètre de type radex 1503 situé à environ 5 mètres du train, une militante a mesuré un débit de dose de 0,41 microsiverts par heure.

 

Vidéo :

Galerie de photos :

Communiqués de soutien :

Revue de presse :

 Vidéos :

Rassemblement à Moussan + pétition

Le projet Thor d’Areva Malvési semble avoir du plomb dans l’aile.

En dépit de la direction d’Areva, qui annonce lundi 20 mars dans l’indépendant que le traitement des nitrates est « la » solution d’avenir, le mouvement d’opposition à ce projet prend de l’ampleur.

La pétition lancée le 5 mars atteint en trois semaines environ 2800 signatures, dont 1800 sur internet, le reste en version papier. Vous pouvez signer cette pétition en cliquant sur le lien-ci-dessous :

https://www.petitions24.net/non_a_la_surpollution_atmospherique_dareva_malvesi

masqueSamedi 25 mars, le Collectif de vigilance des déchets de Malvési (Covidem) appelle à un rassemblement familial à Moussan, rue du 1er mai, à partir de 11h00 ! Marche dans le village et pic-nic tiré du sac.

Vous pouvez retrouver tous les évenements et informations du Covidem sur sa page facebook : https://www.facebook.com/covidem/
Le conseil municipal de Narbonne du 6 avril prochain réunira les associations RUBRESUS et ECCLA pour exposer la problématique environnementale du projet Thor devant les élus.

Le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) doit normalement se réunir le 31 mars pour ensuite donner son avis sur la projet Thor à la préfecture de l’Aude, qui s’est donné jusqu’au 9 mai pour statuer.

petition

Fichier pdf prêt à imprimer : petitionv4.pdf

Areva Malvési dans l’oeil de plusieurs cyclones.

En ce début d’année 2017, la direction de l’usine Areva Malvési est confrontée à deux conflits, l’un avec les écologistes, l’autre avec les travailleurs du site :

  • Le directeur de l’usine, Stéphan Jolivet, veut faire passer en force le projet de traitement des nitrates (TDN) par le procédé Thor (voir l’article du Midi Libre : Narbonne, on traitera les nitrates à Malvési dès la fin 2019). Ce à quoi le collectif de vigilance sur les déchets de Malvési (Covidem) répond par un communiqué publié le 3 mars :

  • Parallèlement, les salariés d’Areva se mettent en grève le 28 février sur les sites de Marcoule, Pierrelatte et Malvési, pour réclamer des primes plus élevées. En réaction, la direction de l’usine décide de suspendre 95 contrats de travail pour des raisons de sécurité. Le directeur du site Stephan Jolivet parle à l’Agence France Presse du risque de débordement des cuves en raison de la grève observée une à quatre heures par jour. Pourtant, un agent suspendu se trouve requis une heure après pour le maintien en sécurité des installations. La CGT va déposer mardi 7 mars un recours pour dénoncer cette suspension des contrats.

Le projet TDN d’Areva Malvési est reporté

L’usine Areva Malvési souhaite construire une installation de traitement des effluents radioactifs nitratés produits par les procédés de raffinage de l’uranium. Le projet d’Areva se nomme TDN pour « traitement des nitrates ».
Les services de la DREAL 11-66, dirigé par M. Rollot, avaient émis le 29 avril 2016 un avis favorable de l’Autorité Environnementale préalable à l’enquête publique du projet TDN d’Areva Malvési.
Mais ces même services ont pris un arrêté suspensif au vu des problèmes soulevés  et arguments présentés notamment par l’association RUBRESUS. Voir l »Arrêté prefectoral du 1er février 2017 (pdf)

Le jeudi 16 février a eu lieu la réunion publique organisée par le collectif de vigilance sur les déchêts de Malvési (Covidem).

malvesie-02

 

 

 

malvesie-02b

Malvési : l’usine à gaz de boues radioactives

Communiqué de presse du Collectif Audois « Sortir du nucléaire » (SDN11) à Narbonne le 26 octobre 2016

Les militants du Réseau Sortir du Nucléaire de l’Aude se joignent à l’association de défense de l’environnement Rubrésus et à l’association ECCLA pour dénoncer les prétentions mensongères du projet de réduction des effluents liquides de l’usine d’Areva Malvési (ex-Comurhex).

Une fausse bonne solution pour les déchets radioactifs

Le 13 octobre dernier, un reportage de Fance 3 intitulé « Une solution pour les déchets d’Areva à Malvési » aurait pu faire croire qu’il s’agissait de la solution aux déchets de l’usine AREVA de Narbonne. Il n’en est rien puisqu’en terme de radioactivité (calculée en Becquerel), le projet ne concerne que 1 % des déchets présents sur le site. Une fois qu’ils seront solidifiés, quel sera leur devenir ? Ils seront dirigés vers un centre de l’ANDRA pour être en quelque sorte cachés sous le tapis ! Quant aux 440 000 tonnes de déchets solides stockés et représentant 99 % de la radioactivité de notre site, ils ne sont pas concernés par ce projet !

L’insécurité nucléaire règne en France

Après avoir caché la nature de ces déchets pendant des dizaines d’années, une fois de plus, le lobby nucléaire montre comment il peut manipuler l’opinion pour parvenir à ses fins et tenter de nous faire accepter cette industrie mortifère. Suivant les aveux d’EDF, nous aurons cet hiver, au moins 12 réacteurs sur 58, à l’arrêt. En cause, les opérations de rafistolage des vieilles centrales et les vérifications techniques rendues nécessaires par une sécurité douteuse.

Un nucléaire toujours plus cher

EdF a anticipé l’hiver en passant des contrats sur le marché de gros à 80 € par mégawatt, soit plus cher que le prix de revient des éoliennes terrestres, dernière génération. Nous pouvons d’ores et déjà réduire la production d’électricité nucléaire qui coûte de plus en plus cher et souvent plus que les énergies renouvelables. Depuis plusieurs années, la consommation stagne ou augmente très peu ; isolation des locaux et efficacité énergétique ne sont pas de vains mots. EdF essaie de contrecarrer ce phénomène avec force de publicité nous promettant un avenir électrique radieux plein de voitures électriques. En attendant, le présent est irradieux et la conclusion doit s’imposer à tous : sortons du nucléaire et au plus vite !

 

Version téléchargeable et imprimable  : cp-reduction-dechets-malvezi.pdf

Liens externes (mis à jour en décembre 2016): 

flyer-rubresus-areva

De l’uranium en gare de Narbonne

convoi_uranium_20160924

Wagons d’UF4 à Narbonne en 2016

Le samedi 24 septembre 2016 à 11h56, un convoi d’uranium est resté à l’arrêt en gare de triage de Narbonne, à quelques mètres des quais sur lesquels les usagers attendent leur train. Il s’agit d’un convoi de tetrafluorure d’uranium (UF4) à destination de l’usine Comurhex de Pierrelatte pour être enrichi afin de produire du combustible nucléaire.
En effet, depuis le blocage du camion d’UF4 par les militants du collectif « stop uranium » en septembre 2013 (voir à ce sujet la vidéo sur notre site internet), les transports d’UF4 provenant de l’usine Areva Malvési ne passent plus par la route mais exclusivement par le rail, à raison d’un train par semaine tous les samedis matin selon nos observations.

trefle-radioactif

Transport de matières radioactives

On reconnait le contenu radioactif des neuf wagons grâce à leur forme de citerne qui ressemble à celle des camions qui transportaient l’UF4 jusqu’en 2013. Ils ont aussi un petit losange jaune  marqué d’un trèfle au milieu de chaque wagon. La récente locomotive BB 460 015, de marque Vossloh, a été fabriquée en 2006 en Allemagne.

Chaque semaine, l’usine Areva de Malvési fait transiter ses dangereuses matières radioactives et chimiques à proximité des habitations et des usagers du rail, sans aucune information ni protection du public.

Blocage d’un camion de la Comurhex par le collectif Stop-Uranium à Narbonne

Le 12 septembre 2013, une vingtaine de militants du collectif Stop Uranium bloquent de manière pacifique un chargement de d’uranium en provenance de l’usine Comurhex Malvési près de Narbonne.

Voir aussi :