Malvési : de multiples incidents et accidents

En 1979 : une explosion se produit dans le bâtiment de la fluoration.

De 1990 à 1998 : apports d’azote chroniques ou accidentels.  La Comurhex est condamnée en 2007 à  payer 239 371 € de dommages-intérêts.

Le 10 mars 2001, trois wagons remplis de 100 tonnes d’acide fluorhydrique déraillent en gare de Narbonne. Leur relevage nécessite l’évacuation partielle de la population.

Le 20 mars 2004, la rupture d’une digue des deux plus anciens bassins B1 et B2 relâche 30 000 m3 de résidus contenant de l’uranium, du radium et des transuraniens (américium, plutonium, …). Des boues sont déversées jusque devant le jardin de la famille Camps, qui envoie des échantillons pour analyse à la CRIIRAD. Ce laboratoire indépendant y découvre des radio-isotopes artificiels, c’est pourquoi les bassins sont classés Installation Nucléaire de Base en 2015.

carte bassinsPhotos accident 2004

28 et 29 janvier 2006, des inondations consécutives à de fortes pluies dispersent des eaux hautement chargées en nitrates sur le site et dans le canal de Tauran. La plaine de la Livière est inondée, environ 50 000 m3  sur la zone lagunaire.

5 mars 2006 : débordement des bassins de lagunage vers le canal de Tauran. L’exploitant annonce l’avoir maîtrisé dans la journée.

Le 20 juin 2006, une fuite de 350 m3 de liquides radioactifs contamine le site Comurhex et les voies ferrées limitrophes. Les conséquences n’auraient été détectées qu’un mois plus tard, et l’incident n’a été déclaré que le 19 juillet 2006.

En juillet 2007, une trentaine de kilogrammes de matière radioactive se répand lors du déchargement d’un fût d’uranium percé.

barrils radioactifsLes 23 et 24 août 2009, l’usine déverse fluor et ammonium, contaminant les eaux du canal de Tauran, de la Robine jusqu’à l’étang de Bages-Sijean et Port-la-Nouvelle, tuant les poissons et interdisant l’arrosage agricole.

En décembre 2011, Comurhex, filiale d’Areva, est condamnée à 60 000 euros d’amende pour pollution des eaux.

En septembre 2015, Comurhex est à nouveau condamnée à 7000 euros d’amende pour l’absence de prévention des pollutions dans l’air, l’eau et les sols.

Malvesi

Ces accidents n’ont parfois été révélés que bien après leur survenue.

france-nucleaire